Le blogue olé-olé: À la découverte d'un nouveau plaisir

Une semaine est passée après notre premier post la semaine passée et wow nous avons reçu plusieurs messages adressés à nous via le courriel de la boutique Oserez-Vous? On nous a annoncé que la boutique allait nous créer un courriel spécial pour pouvoir répondre à vos questions et/ou commentaires.


Bon, revenons au sujet principal du blogue d'aujourd'hui.

Si vous êtes comme nous, l’anal sur le corps de votre conjoint est zone interdite. Pendant de nombreuses années, j'ai essayé avec mon amoureux mais je n'ai jamais réussi à pouvoir insérer aucun objet en lui jusqu'au dernier week-end. Aucune idée si le blogue a fait en sorte qu'il change d'idée mais Pierre a finalement pris son courage à deux mains pour se laisser aller aux plaisirs du sexe anal. On vous voit déjà écarquiller les yeux en lisant ces lignes : un vieux de 60 ans qui accepte de se faire pénétrer, non mais franchement.


Eh bien oui ! Avec Pierre et Sylvie, il n’y a aucune gêne, aucun tabou. On vous dit tout sur notre sexualité anale, même à l’âge de la soixantaine. Nous l’avons fait et nous vous expliquerons notre expérience en détail un peu plus loin.


Comment se déroulent nos soirées baise à 60 ans ?

Une à deux fois par mois, Pierre et moi nous accordons une soirée en amoureux. Pierre s’habille toujours avec élégance. L'habillement varie selon les soirées mais en général il met un beau jeans foncé qui lui font des fesses du tonnerre et une très belle chemise que je vais pouvoir déboutonner plus tard.


Pour éviter d’avoir à stresser avec son érection, il avale toujours une petite pilule bleue. Pierre n'a jamais eu de honte à prendre un Viagra lors de nos soirées. Pour lui, ça lui enlève un stresse et j'avoue pour moi quand je le vois très très dur oufff sa me fait toujours fondre et incapable de résister. Je pense que peut importe l'âge, un pénis dur et toujours très excitant.


Moi, de mon côté, j’adore tout ce qui est provoquant. Ma garde-robe est remplie à craquer de lingerie sexy. Durant la soirée, il m’arrive de changer de tenue 5 fois, 10 fois et même 15 fois simplement pour le plaisir d’émoustiller mon conjoint, qui est un fétiche de lingerie. Ma poitrine étant très généreuse, je m’amuse toujours beaucoup à la mettre en valeur avec un décolleté plongeant. Ma peau un peu plus ridée ne m’empêche absolument pas d’enfiler mes petites tenues sexy.


Habituellement, notre soirée ''coquine'' se déroule toujours ainsi : on pop une bouteille de mousseux ou de vin durant les préparatifs, Pierre prépare la table et le souper pendant que moi je me prépare et maquille dans ma robe de chambre transparente. Voici le dernier ajout à ma collection. Je peux vous dire que même après autant d'années de mariage l'effet que je procure à Pierre est toujours aussi agréable.


Nous mangeons en discutant autour d’une bonne autre bouteille de vin. Je dois avouer qu'on finit pas mal pompette après nos soirées.


Avant de s’aimer, il faut tout d’abord danser.

– Pierre et Sylvie –


Pendant que je débarrasse la table, Pierre prépare notre salon/piste de danse. C’est le moment que je préfère. La tension est palpable, j’ai hâte de voir mon homme nu et de ressentir ses caresses. Pourtant, nous savons très bien tous les deux que le moment n’est pas à point. Avant de s’aimer, il faut tout d’abord danser. Des heures durant, nous dansons sur les airs de musique latine, salsa, bachata et musique populaire d'aujourd'hui. Pierre est tout un danseur de danse social alors je suis tellement gâtée. Toutes les fois, je me vois revivre nos premiers rendez-vous amoureux, alors que nous étions obligés de nous rencontrer en cachette pour vivre notre passion.


Comment Pierre a découvert le plaisir anal ?


Le point culminant de notre soirée approchait : nous allions enfin pouvoir nous rapprocher. Pierre

m’avait déjà mentionné qu’il était intéressé à tenter le plaisir anal, alors la coquine en moi a voulu se la jouer olé-olé en lui faisant la surprise d’un nouveau jouet érotique stimulateur de prostate.


Après s'être amusé par si par la durant la soirée, le moment était enfin arrivé. Mon stimulateur proche de moi, j’ai d’abord commencé doucement en léchant goulument son pénis et son gland. Avant de m’aventurer plus loin, j’ai jeté un coup d’œil à mon mari pour m’assurer qu’il était conscient de ce qui s’en venait. Pierre avait vu le jouet. Il souriait. Le jouet que nous avons décidé d'essayer est le Vector de We-Vibe.


Tout doucement, j’ai laissé glisser ma langue vers ses fesses. J’ai également pris la peine d'acheter un lubrifiant anal pour m'assurer que tout soit parfait et j'ai inséré très délicatement le stimulateur de prostate. L’insertion a été longue parce que je prenais mon temps pour éviter la douleur. J'étais tellement excitée, mais nerveuse en même temps de cette nouveauté. Une fois la peur estompée, ce fut magique et terrible ! Je n'ai pas fait de va et vient mais seulement une pression sur la prostate.


Pierre a ressenti, selon ses dires, des stimulations électriques partout sur son corps et d’intenses

sensations de plaisir. Entendre crier et jouir Pierre m'a totalement excitée, sa queue s’est durcie subitement, et il a joui tellement intensément que je n’aie pas eu le temps de m’amuser bien longtemps avec mon jouet.


Le pire dans tout ça : Pierre a tellement contracté ses muscles au moment de l’orgasme qu’il s’en est fait un tour de reins. Hahahah ! Nous en riions encore, même si j’en paie le prix par les nombreux massages que je dois maintenant lui faire. Sincèrement ce fut un moment vraiment incroyable et je me demande pourquoi nous avons attendu aussi longtemps avant d'essayer ce nouveau plaisir.


Et vous, oseriez-vous les stimulateurs de prostate dans votre couple ?

Posts récents

Voir tout